Comment la technologie Blockchain peut-elle améliorer le processus de recrutement ?

Comment la technologie Blockchain peut-elle améliorer le processus de recrutement ?

Les Digital Credentials

Les Digital Credentials sont des attestations numériques délivrées par des organismes, comme par exemple des certifications, diplômes, papiers d’identité ou tout autre document ayant une valeur probante. Ils se caractérisent par un document émis par un organisme « de confiance », qui atteste des informations précises.

Avec la transition numérique, il y a un réel besoin de dématérialiser ces attestations, tout en garantissant leur authenticité. En effet, les attestations sont des documents fondamentaux dans la société et peuvent avoir une valeur marchande et sociale importante. Ils sont donc sujets à de la falsification et contrefaçon.

Aujourd’hui, de nombreuses attestations sont dématérialisées et sauvegardées sur des bases de données gérées par l’organisme émetteur ou un partenaire, qui est donc seul responsable de l’intégrité des données. La base de données peut être compromise par différents moyens, ce qui limite la fiabilité des attestations.

L’apport de la technologie Blockchain

La technologie Blockchain, grâce à ses propriétés qui garantissent l’immutabilité des données, peut être utilisée pour enregistrer ces Digital Credentials.

Le principe est de produire et d’enregistrer un identifiant unique d’une attestation sur une chaine de blocs. Cet identifiant est directement lié aux données qui caractérisent l’attestation (émetteur, titulaire, objet, dates, etc.). Ainsi, tout le monde a la possibilité de vérifier les informations inscrites sur la Blockchain, et donc peut s’assurer qu’une attestation a bien été émise par un organisme reconnu et qu’elle est authentique.

Fiabilité

En effet, les données inscrites sur une Blockchain ne peuvent pas être modifiées; les attestations, une fois enregistrées, ne peuvent donc pas être falsifiées. Cette affirmation est vraie en partant bien sûr du principe que le réseau Blockchain est assez solide et que l’organisme émetteur est le seul à détenir ses clés privées, lui permettant de réaliser des transactions sur la Blockchain.

De même, les applications tierces, par exemple le site Internet qui permet de consulter une attestation, peuvent aussi être sujettes à des failles. C’est tout le processus qui doit garantir la sécurité et l’intégrité des données; la chaine de blocs ne fait pas tout.

Praticité

N’importe qui a la possibilité d’aller vérifier soi-même qu’une attestation est bien présente et exacte sur la Blockchain. Cela simplifie grandement les processus pour obtenir des duplicatas ou la vérification de l’authenticité d’une attestation. La traçabilité des certifications délivrées est aussi garantie.

Dans les faits, il faut tout de même concevoir des outils et applications qui permettent de lire les données de la Blockchain, puis de les afficher aux utilisateurs.

Confiance

Bien entendu, l’organisme qui émet une attestation reste le seul garant de l’authenticité de celle-ci. Ce n’est pas parce qu’il y a une attestation sur une Blockchain que celle-ci est authentique. Il faut s’assurer que c’est bien cet organisme qui publie les Digital Credentials sur la Blockchain. La notion d’identité numérique est dans ce cas importante.

Le World Wide Web Consortium (W3C) propose un standard pour mettre en place des attestations numériques vérifiables par tous, aussi appelées Verifiable Credentials.

Le W3C propose aussi un standard pour représenter des identités numériques décentralisées, les Decentralized Identifiers (DIDs):

Niveau de décentralisation

Les systèmes permettant d’émettre des Digital Credentials peuvent être implémentés sur différents protocoles Blockchain, qu’ils soient privés, publics ou de consortium.

Bien que les attestations doivent être publiées sur une Blockchain par un organisme reconnu, les avantages en termes de fiabilité et de confiance dépendent du niveau de décentralisation et de gouvernance du protocole Blockchain choisi. L’immutabilité des données inscrites sur une Blockchain est vraie seulement si celle-ci est réellement décentralisée entre différents acteurs indépendants, voire ouverte à tous. Sinon, autant utiliser une base de données distribuée classique.

Données personnelles

Certaines attestations incluent des données personnelles qui ne doivent pas être publiques. Or, les données inscrites sur Blockchain sont accessibles à tous. Les solutions sur Blockchain doivent respecter le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Techniquement, cela peut se faire via un chiffrement des données, ou une séparation des identifiants des attestations et leurs contenus, de manière à ne pas publier de données personnelles sur la Blockchain (stockage off-chain).

Légalité

En France, la loi n’est pas très précise sur la valeur probante des données sur une Blockchain. Techniquement, la valeur probante est garantie par des signatures numériques :

Dans la pratique, de nombreux projets et entreprises utilisent déjà la technologie Blockchain pour publier et horodater des données (notarisation).

Les Applications

De nombreuses entreprises et institutions travaillent sur la technologie Blockchain pour notariser et certifier des documents. Les applications sont nombreuses et variées, elles peuvent concerner des documents d’identité, des diplômes universitaires ou n’importe quel type d’attestation.

Dans le cas de diplômes universitaires, c’est tout le processus de recrutement qui bénéficierait des avantages de la certification Blockchain. Les diplômés auraient leurs certificats disponibles universellement, et pourraient le prouver simplement ; plus de risque de perte de documents papier ni de démarches administratives pour obtenir une copie. Les recruteurs pourraient vérifier l’authenticité des diplômes de manière automatisée, ce qui aiderait dans la lutte contre la falsification. Les établissements universitaires, en délivrant des diplômes sur Blockchain, amelioreraient leur image de marque de manière innovante.

La certification sur Blockchain a donc de nombreux avantages, en permettant de faciliter les procédures et d’améliorer la confiance entre les différents acteurs.

À l’avenir, c’est un cas d’usage qui sera certainement de plus en plus courant. Voici quelques projets concrets :

  • BCDiploma: entreprise française qui propose une application pour certifier, sur la Blockchain publique Ethereum, les diplômes de l’enseignement supérieur. L’EM Lyon a été l’une des premières écoles à l’utiliser.

  • ArkEducation: initiative française pour permettre la certification de diplômes universitaires sur une Blockchain Ark.

  • eSignature: projet de la Commission Européenne sur la mise en place de certification numérique sur la Blockchain EBSI.

LinkedIn
Reddit
Telegram
Steve
Steve Développeur & passionné par les technologies Blockchain

Écrire un commentaire